Chroniques d’un Aventurier #18

Written by Tnut. Posted in Histoire suivie

imageemix8

Chapitre XVIII : De nouvelles régions ?

 

Par Emixam32

Mikl se tenait donc devant moi, et à peine eus-je le temps de cligner des yeux que ce dernier se téléporta loin d’ici. Je savais maintenant qui m’avait emmené ici. Il me restait encore à découvrir pourquoi. J’observai donc la salle à la recherche de quelque chose d’utile et vis sur la commode une missive portant un sceau inconnu.Je m’approchai donc puis la saisi afin d’entamer la lecture :


« Mesdames, Messieurs,
Mon identité n’est pas importante mais sachez uniquement que je suis de votre côté et que je dois vous faire part d’une nouvelle urgente.
Votre ville sera bientôt en proie à une attaque sanguinaire et barbare d’Heote le tyrannique, et si tout le monde n’est pas évacué rapidement, il ne restera plus rien du village.
Les forces armés sont déjà en route et arriverons sûrement dans deux jours. Vous devez impérativement partir avant afin de les empêcher de vous pister.
En espérant avoir pu vous prévenir avant, bonne chance.
Cordialement, un bienfaiteur. »

J’ouvrai donc mon sac et y insérai la lettre puis fit volt face afin de redescendre les escaliers.
Une fois dans le hall, je pris la porte et me retrouvai à nouveau dehors.
La ville était toujours déserte et le soleil commençait à descendre doucement, signe qu’il ne fallait pas que je traîne pour trouver un abri.
Je tournai la tête vers la droite et vis la forêt, un refuge naturel où il est facile de se camoufler. Mais à ma gauche se trouvait la mairie, lieu d’une éventuelle indication importante pouvant m’aider dans ma quête, mais à la merci de toute attaque ennemie.
Je décidai néanmoins de me rendre à la mairie et déjà les traits du crépuscule filaient sur ma chemise.

Une fois à l’intérieur, je fermai la porte avec le verrou, ce qui pourrait en cas d’attaque me protéger quelques minutes, avant qu’elle ne cède. Pendant ce temps, je grimpai les escaliers afin d’atterrir dans le bureau du maire, sur lequel je découvris une carte de la région. Cela allait m’être très utile pour rallier les autres villes aux alentours à la recherche d’aide. Mais à peine eu-je le temps de ranger la carte dans ma besace que je vis par la fenêtre une armée de zombie assaillir la mairie.
Il ne me restait plus que quelques instants avant que mes assaillants soit à la porte et la fasse sauter. Je vérifiais donc mon arc et mon épée. Mon carquois était encore plein de la dernière bataille, mon épée toujours aussi affûtée, et la corde de mon arc ne s’était pas détendu par l’usure.
J’étais donc fin prêt à les recevoir, mais je décidai de me rendre sur le toit afin d’avoir une vue plongeante sur le champs de bataille. Je fis volt face et découvris derrière un faux mur une échelle qui menait au toit. Au bout d’une dizaine de barreaux, je poussai une trappe laissant ainsi entrer l’air frais de la nuit.
La visibilité était correcte grâce à la pleine lune et au ciel dégagé, me permettant ainsi de voir à plus d’une cinquantaine de mètres mes adversaires.
Ni une ni deux, j’encochai ma première flèche que je logeai dans la tête du premier zombie prêt à enfoncer la porte de la mairie. Je répétai ce macabre ballet de flèche pendant plusieurs minutes jusqu’au moment où la porte fut enfoncée.
Il me fallu redescendre combattre à l’épée. Je redescendis donc l’échelle et déboulai dans le bureau du maire au moment où le premier zombie y faisait irruption. Brandissant mon épée, je m’abattis sur le premier assaillant, coupé de part en part et tombant à terre, le sang encore chaud. Les zombies affluèrent ainsi dans les escaliers et se jetèrent sous ma lame pendant une bonne dizaine de minutes, après lesquelles mes muscles endoloris réclamaient un moment de repos.

Je descendis donc les escaliers afin de verrouiller ce qu’il restait de la porte d’entrée et m’assis sur le fauteuil à ma droite. Sans m’en apercevoir, je m’étais endormi et le soleil perçait maintenant à travers la vitre. Je me mis donc sur mes deux pieds, m’étirai, et poussai les gond de la porte, laissant le soleil me chauffer de sa lumière rassurante.
Je ressortis la carte de ma besace et commençai à regarder la ville la plus proche, j’allais donc me rendre à Antalya !

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (7)

  • emixam32

    |

    Ah oui effectivement il manque une petite partie XD

    Répondre

  • Fanor

    |

    Petite est un bien grand mots x)

    Répondre

  • Redikz

    |

    Emix!!
    je te connaissez feignant.
    Mais a ce point :p

    Répondre

  • Tnut

    |

    Désolé du dérangement, j’ai fait une petite erreur de balise :S

    Répondre

  • DrawSkull

    |

    Antalya en force 😀

    Répondre

Laisser un commentaire